Mouette

quand j’étais un enfant je marchais pieds nus

parce que ma terre désormais me brûlait

souvent  malheureusement mon regard me portait

a regarder au loin les cités éloignées

les navires étrangers dans le port arrivaient

je n’écoutais personne ni même ma mère

elle essayait de me raisonner, fais attention à cette idée

mais laisse-moi naviguer ! Maman par pitié

 

je veux la suivre cette mouette

et si il faut pour cela devenir un marin

j’achèterais alors la tenue au complet

j’apprendrais à lire et même à nager

 

 j’ai fait le tour de la notre planète

et puis la nostalgie m’a submergée

il me manquait l’amitié, le premier amour

le soir la sérénade, le regard de ma mère

la folie finie, je ne suis plus en colère

dommage que la vie ne reparte à l’envers

l’air semble plus frais sur la terre lointaine

un jour je retournerais, mais les années passées sont perdues

 

je veux la suivre cette mouette

et si il faut pour cela devenir un marin

j’achèterais alors la tenue au complet

j’apprendrais à lire et même à nager

Acula marina

quandu eru zitellu scalzu eiu viaghjava
perche chi a mo terra, oramai  mi brusgiava

aspessu pè sfurtuna mo sgardu mi purtava
a fighjula qualla, a cita piu luntana
a nave furestera in portu s’affacava,

un stava a sente a nimu, ne mancu la mio mamma

Pruvava a raggiunà , dà retta a to idea !
ma lasciami navigà O Ma pè carita

 

 

a vogliu suita quessa acula marina

si ci vole pè què entre ind’a marina

Cumpreraghju pè me a ghjaccetta turchina

Ampareraghju  a leghje e ancu a nuta

 

 aghju fattu u giru di a pianeta nostra

e po a nustalgia m’hè cascatu addossu

Mancava l’amicizia, a prima donna amata
A sera u sirinatu, u sgardu di a mo Mamma

A scimità finita, un so mancu zergosu

Peccatu chi a vita, un parte a l’arritrosa

Pare piu frescu l’aria di a terra luntana

Un ghjornu vulteraghju, ma si so persi l’anni

 

 

a vogliu suita quessa acula marina
si ci vole pè què entre ind’a marina

Cumpreraghju pè me a ghjaccetta turchina

Ampareraghju  a leghje e ancu a nuta

                                    

Cara Maria

Cara Maria, quale era e quale so

Cara Maria, quale era e quale so

Si tu mi sente a stu momentu mi face pro

 

Eram’ inseme, ghjuvanotti innamurati

Eram’ inseme, ghjuvanotti innamurati

Per me eranu mumenti imbalsamati

 

Nantu a tela, vecu e to fotografie

Nantu a tela, vecu e to fotografie

S’hè arrubatu lu to core questu Sgio

 

Eiu so pastore, sempre statu in paese

Eiu so pastore, sempre statu in paese

Cunisciuta d’a u mondu sanu un veni piu

 

Cara Maria, un ti vogliu disturba

Cara Maria, un ti vogliu disturba

U nostr’amore un mi ne possu smenticà

Chère Marie

Chère Marie, qu’étais-je et que suis-je devenu ?

Chère Marie, qu’étais-je et que suis-je devenu ?

Si tu m’écoutes en ce moment çà me fais du bien

 

Nous étions ensemble, adolescents amoureux

Nous étions ensemble, adolescents amoureux

Pour moi ce furent des moments de bonheur inégalés

 

Sur la toile je vois tes photographies

Sur la toile je vois tes photographies

il t’a dérobé ton cœur ce « grand Monsieur »

 

Moi je suis berger, toujours resté au village

Moi je suis berger, toujours resté au village

Tu es connue du monde entier, tu ne viens plus

 

Chère Marie, je ne veux pas te déranger

Chère Marie, je ne veux pas te déranger

Mais notre amour je ne peux l’oublier

                                    

DICU ADDIU

Dicu addiu a,  stu mondu di lustrine        

parole di bucie                                             

A vita straziata,                                        

dispettu, gativezza e inserurita                  

 

Dicu addiu a, pazzia di cumpra                 

a roba d’i mullizza, e guerre inutile           

E guerre inutile, idee abbulighjate,            

prumesse  abbandunate                               

 

Un vogliu ch’ a bellezza    (refrain)            

Un vogliu ch’a dulcezza                                

Un vogliu ch’affratellanza                       

Ritornu in  Corsica                                        

 

Dicu addiu a, di core a durezza 

d’a nostra sucieta 

De Francie malfamate, i scopi sminticati  

un sanu c’a burla 

 

Dicu addiu a, ingannu, matafolcu, 

furtuna maliziata,

A ognunu pè sè, 

un vogliu sfruginà a mo vita pè que 

Je dis adieu       

Je dis adieu à, ce monde de paillettes

ces discours de ragots

 la vie difficile

 à la fausseté, la méchanceté et au péril

 

 Je dis adieu à, la folie de consommation

 les choses mauvaises.

 les guerres inutiles, les idées confuses

 promesses abandonnées

 

 je ne veux que beauté

 je ne veux que douceur

 je ne veux que fraternisation

 je retourne en Corse

 

Je dis adieu à, la dureté du cœur

 de notre société

 de cette France malfamée, les buts oubliés

 elle ne sait que se moquer

 

Je dis adieu à, tromperie, supercherie

 e sort qui s’acharne

 Au chacun pour soi

 je ne veux pas ruiner ma vie pour cela

                                    

Festa

So ghjunti i musicanti

Guasi tutti eleganti

Appruntati di novu

In paese ghjè l’usu

Oghje hè ghjornu santu

Principianu u cantu

 

Piglianu e paghjelle

E seconde e le terze

E po canzone d’oghje

E s’empie di culore

a loghj’ u curridore

Ci ghjunghje a gioia in core

 

Ci so e belle voce

Di razze muntagnole

Si sente a un pastore

Face trima e donne

Falla d’a un cimale

Pè elle un ci hè male

 

D’a sottu a un castagnu

nasce chjam’e rispondu

e s’affaccaa musa

pè s’offre in puesia

a chi impruviseghje

un c’e tempu a curreghje

 

accalate e voce

si misura a la strada

si sorte a lu scioppu

pè tira a le stelle

crescenu l’amicizie

hè festa in paese

Fête       

les musiciens sont arrivés

presque tous élégants

apprêtés et vêtus de neuf

au village c’est l’usage

ce jour est saint pour nous

ils commencent le chant

 

ils entonnent les « paghjelle »

les voix de seconde et les terze

et puis les chansons d’aujourd’hui

et se remplit de couleur

le passage, le couloir

cela nous remplit de bonheur le cœur

 

il y a de belles voix

des voix pures des montagnes

on entend chanter un berger

il fait trembler les dames

il descend d’un sommet

et çà leur fait du bien.

 

De sous un châtaignier

Nait un « chjam’e rispondu »

On convoque la muse

Pour s’offrir à la poésie

Chacun improvise

Pas le temps de corriger.

 

Quand les voix se calment

On se met à bien boire

On sort alors nos pétoires

On tire vers les étoiles

On renforce les amitiés

C’est la fête au village

                                    

Ne menu a una petra

mi voli sempre dimostrà

Chi un ti tengu caru

Un riesci a dimenticà

C’o chi divene amaru

 

Senza vergogna mi dici in faccia

Chi tuttu hè culpa mea

A to credenza hè bella falza

Un  possu accità

 

Ripigliu : Nè mancu a una muraglia

Ne menu a una petra

di c’o chi hè bucia

mi vogliu cunfessà

 

e fole poi marmuttulà

circa a raghjuna

mi cerci sempre a intaccia

ti rispondu avà

 

Ripigliu

 

ma nunda mai un ti cunvene

un vedi chi vilenu

Avà ti scrivu una canzona

un c’hè piu affezzione

 

eiu cercu sempre a  accuncià

c’o chi viaghja diggia

ma possu ancu rinuncià

a fammi cuncià

 

Ripigliu

Encore moins a une pierre       

Tu veux toujours me démontrer

Que je ne t’aime plus

Tu ne réussi pas à oublier

Ce qui devient amer.

 

Sans honte tu me lance à la figure

Que tout est de ma faute

Ta croyance est bien fausse

Je ne peux l’accepter

 

Refrain : Ni même à une muraille

Encore moins à une pierre

De ce qui est mensonge

Je veux me confesser

 

tes histoires tu peux les ressasser

Chercher à raisonner

Tu cherches toujours à m’accuser

Je te réponds maintenant

 

Refrain 

 

mais jamais rien ne te convient

Tu ne vois que du poison

Maintenant je t’écris une chanson

Car il n’y a plus d’affection

 

Moi je cherche toujours à arranger

Ce qui fonctionne déjà

Mais je peux aussi renoncer

à me faire tanner

 

Refrain 

                                    

O ghjente di a mo terra

Hè meiu vostru stu cantu

a sorte chi c’’arrimba

chi po esse nigatu

d’a corda ceterina

ogni volta chi si lagna

u sonu di a viola

ella si sente persa

un pientu li ne scapa

O ghjente d’a mo terra

Avà si mi n’avegu

chi tutta mo tristezza

D’a voi hè porghjata

pare che si mi lasciava

annannatu di quella

cullaria amarezza

e a munutunia

O ghjente d’a mo terra

Avà si mi n’avegu

chi tutta mo tristezza

D’a voi hè porghjata

O Gens de ma Terre       

C’est le mien, c’est le vôtre ce chant,         

Destinée qui nous amarre,                          

Qui peut être nié                                         

De la corde de la cetera                               

chaque fois qu’il gémit                                  

Le son d’un piano mécanique                        

il se sent perdu                                              

Lui vient une envie de pleurer                     

O Gens de ma terre                                     

Maintenant je m’aperçois                             

Que toute ma tristesse                                

C’est de vous que je la reçois.                    

Et il semblerait que si je me laissais           

bercer par cette tristesse,                            

Plus grande en serait l’amertume               

Et la monotonie.                                          

O Gens de mon Pays                                 

Maintenant je m’aperçois                            

Que toute ma tristesse                               

C’est de vous que je la reçois

                                    

Pè un dettu

pè un dettu  

Un mumentu hè un’ora

Certi ghjorni una stonda

pè un dettu            

Una vita he un sognu

Un surrisu he un sole  

E parole so ferite.

 

pè un dettu        

Un silenziu hè un mughju

Un gridu he un sicretu

pè un dettu              

Un gestu sara troppu

Un basgiu un rigalu   

quest’amor’hè un sbagliu

 

pè un dettu             

un ochjata hè una reta

Un amore una tràppula  

Era capita diggià

 

 

pè un dettu        

un mughju hè una chjama

Stu silenziu eternita

pè un dettu                

mancera una parola

Questa vita hè un’ora  una carezza rivolta  

 

 

pè un dettu             

un ochjata hè una reta

Un amore una tràppula  

Era capita diggià

 

 

pè un dettu  

un’ora hè un mumentu

Certi ghjorni so un annu

pè un dettu            

Una vita he un sognu

Un surrisu he un sole  

 E parole so ferite.

Pour ainsi dire       

Pour ainsi dire

Un moment est une heure

Certains jours un instant

Pour ainsi dire

Une vie est comme un songe

Un sourire un soleil

Les paroles des blessures

 

Pour ainsi dire

Un silence est un cri de détresse

Un appel un secret

Pour ainsi dire

Un geste sera trop

Un baiser un cadeau

Cet amour une erreur

 

Refrain :

Pour ainsi dire

Un regard est un filet

Un amour un piège

Mais tu avais compris déjà

 

Pour ainsi dire

un appel est un cri

ce silence une éternité

Pour ainsi dire

Il manquera une parole

Cette vie est une heure

Une caresse révolte

 

Refrain :

Pour ainsi dire

Un regard est un filet

Un amour un piège

Mais tu avais compris déjà

 

Pour ainsi dire

une heure est  un moment

Certains jours sont une année

Pour ainsi dire

Une vie est comme un songe

Un sourire un soleil

 Les paroles des blessures

                                    

PIGLIA A STRADA

 So a luntanenza chi c’hè trà di noi              

 pè esse unestu u trampalu hè grossu     

 hè gattiva a strada di a verita                  

 e piu m’avvicinu e piu s’alluntana           

 

 ‘seme un n’avemu ch’a celi imbrascati  

 so scarsi o smariti i mumenti dolci         

 a sparte un ‘averemu piu ch’a rimorsi   

 ma un devemu micca a abbarruffassi    

 

 ma pè pude abbracciacassi d’amore      

 o piu o menu disimpegnassi ci vole       

 ma ci vole a prevede e cunsiquense      

 Riflettu a tutt’ mi vene u trimulone      

 

 Refrain / ripigliu

 he vinutu u tempu di curagiu           

 vinutu u tempu di cambia                

 vinutu u tempu di curreghje                      

 u cambiamentu di a nostra vita       

 

PRENDRE LA ROUTE       

Je sais la distance qu’il y a entre nous

pour être honnête les obstacles sont nombreux

elle est mauvaise la route de la vérité

et plus je m’approche et plus elle s’éloigne

 

ensemble nous n’avons que des ciels assombris

Rares ou disparus les moments doux

Nous n’aurons que des remords en partage

Mais nous ne devons pas en venir aux mains

 

Mais pour pouvoir s’étreindre d’amour

Plus ou moins nous devons payer nos dettes

Mais il faut prévoir les conséquences

Je cogite à tout çà, je tremble sans arrêt.

 

 

Il est venu le temps du courage

Venu le temps du changement

Le courage de voir la vérité

Le changement de notre vie

                                    

Quellu chi chjamu O Ba

Cumu hai fattu O Ma , pè sceglie trà tutti quessi     

quellu chi chjamu O Ba , a nimu equivalessi                  

Ti si micca sbagliata, era propiu dirittu                          

eroe di a guerra, hè statu bè feritu                                    

{Refrain:}

tant’omi c’aghju vistu, dopu in a mo vita       

ellu piu curagiosu, quellu chi chjamu o Ba                       

Dimmi O Ma avà, cumu tu l’hai vistu                           

Ch’era omu tarcanu, di curagiu pruvistu                         

dicendu a verita, d’onore bellu riccu                               

ne possu fà a metà, pè me he a u piu altu           

 

{Refrain:}

 

Cum’hai sapiutu O Ma, chi era tantu onestu                    

quellu chi chjamu O Ba, di spiritu tantu destu                 

offertu a so vita, e s’hè sacrificatu                                   

sempre pè u cumunu, prontu a dà l’aiutu                         

 

 {Refrain:}

Avà chi l’aghju persu, induv’l’aghj’a circa                 

forse ci truveremu, sopra l’ultima machja                     

e quellu mi perduna, tutt’a mo minuanza                

era un ghjuvanotu, ellu tuttu primura                 

{Refrain:}

       

 

Celui que j’appelle Papa       

Comment as-tu fais  Maman pour choisir entre ceux-là

celui que j’appelle Papa, à personne équivalent

tu ne n’es pas trompée, il était vraiment droit

héros de la guerre, il a été blessé gravement

 

tant d’hommes que j’ai vu ensuite dans ma vie

lui le plus courageux,celui que j’appelle Papa

Dis moi Maman maintenant, comment toi tu l’as vu

qu’il était sans pareil, de courage si bien pourvu

disant la vérité, riche de tant d’honneursje ne peux en faire la moitié, pour moi il est au dessus de tout

 

{Refrain:}

 

comment as-tu su Maman, qu’il était si honnête

celui que j’appelle Papa, d’un esprit si éveillé

il a offert sa vie et s’est sacrifié

toujours pour les autres, prêt à offrir son aide

 

{Refrain:}

maintenant que je l’ai perdu, où vais-je le chercher ?
peut-être nous retrouverons nous au Paradis
et qu’il me pardonne toutes mes faiblesses
je n’étais qu’un jeune homme, lui de première importance
{Refrain:}

                                    

Stu lamentu hè meiu

M’hai chersu l’altru ghjornu

chi serebbe u mio lamentu

ti risposi chi un  sapia

era pè me una disfatta

dapoi eiu ci ripinsava

u t’aghja rivela avà

anime vinte

Notte divine

ombre bizzarre

e  armunie

 

 dop’u spaventu

appaciamentu
son’ di chitarra

a ghjelusia

dulore in pettu

pè fà dispettu

tristu destinu

a l’infinitu

 

 

me voli esse una fata

accant’a me acciucciulata

un possu da u mo tesoru

u mo lamentu hè petraloru

ti lasciu tutti i to ghjuvelli

ma quessi testi so i mei

stu cantu cuntene tuttu

sai c’o chi m’he accadutu

      

Ce lamentu est mien       

Tu m’as demandé l’autre jour

Ce que serait mon lamentu

Je te répondis que je ne savais pas

C’était pour moi une défaite.

depuis moi j’y repensais

Je vais te le révéler.

Âmes vaincues

Nuits divines

Ombres  bizarres

Et harmonies

 

 près l’effroi

L’apaisement
un son de guitare

La jalousie

Peines de cœur

Pour se distraire

Triste destin

À l’infini

 

 

Tu veux être pour moi une fée

Et sous mes ailes te protéger

Je ne peux te donner mon trésor

mon lamentu est un diamant

Je te laisse tous tes bijoux

Mais ces textes sont à moi

ce chant contient tout

tu sais ce que j’ai traversé

                                    

u 13 di nuvembre

Cumu un briacone chi misura a strada                  

Vecu tuttu stu sangue chi corre pè a piazza               

 A u feghju di tutti , hè successu in Francia                 

Parechje so  feriti, centinaia scempiata                       

 

Mai schiavi di sti scemi  ne mancu sottumessi      

 

Ci piglianu pè pazzi, o pè impauriti ?                        

 

in nome di un Diu chi distrughje e  punisce                 

chjamati  cumbattenti , un so c’a allinati                  

sarete ghjastimati e spergu sterminati                     

un n’avete onore, ma tantu vigliacchina                 

 

Refrain 

 

Pregu  i malaviatti chi bivianu un culpettu                 

a  ghuventù stirpata, fiore di stu paese                        

a musica, l’amicizia ma hè tuttu peccatu ?                 

vultati a l’inferni, vi vogliu culunnati                          

      

le 13 novembre       

comme un homme saoul  qui ne comprend plus rien

Je vois tout ce sang qui coule sur la place

au su et vu de tous, cela s’est passé en France

plusieurs sont blessés, une centaine massacrée

 

Jamais esclaves de ces tarés et encore moins soumis

Ils nous prennent pour des fous ou des peureux ?

 

Au nom d’un Dieu qui détruit et punit

appelés combattants ils ne sont  que des couards

vous serez maudits et j’espère exterminés

vous n’avez aucun honneur, mais tant de lâcheté !

 

 Refrain 

 

je prie pour tous ceux qui buvaient un verre

la jeunesse exterminée, levain de ce pays

la musique et l’amitié mais tout est péché ?

retournez aux enfers, je vous veux carbonisés

                                    

Stu lamentu hè meiu

M’hai chersu l’altru ghjornu

chi serebbe u mio lamentu

ti risposi chi un  sapia

era pè me una disfatta

dapoi eiu ci ripinsava

u t’aghja rivela avà

anime vinte

Notte divine

ombre bizzarre

e  armunie

 

 dop’u spaventu

appaciamentu
son’ di chitarra

a ghjelusia

dulore in pettu

pè fà dispettu

tristu destinu

a l’infinitu

 

 

me voli esse una fata

accant’a me acciucciulata

un possu da u mo tesoru

u mo lamentu hè petraloru

ti lasciu tutti i to ghjuvelli

ma quessi testi so i mei

stu cantu cuntene tuttu

sai c’o chi m’he accadutu

      

Ce lamentu est mien       

Tu m’as demandé l’autre jour

Ce que serait mon lamentu

Je te répondis que je ne savais pas

C’était pour moi une défaite.

depuis moi j’y repensais

Je vais te le révéler.

Âmes vaincues

Nuits divines

Ombres  bizarres

Et harmonies

 

 près l’effroi

L’apaisement
un son de guitare

La jalousie

Peines de cœur

Pour se distraire

Triste destin

À l’infini

 

 

Tu veux être pour moi une fée

Et sous mes ailes te protéger

Je ne peux te donner mon trésor

mon lamentu est un diamant

Je te laisse tous tes bijoux

Mais ces textes sont à moi

ce chant contient tout

tu sais ce que j’ai traversé

                                    

Zitelli d’Aleria

E di e nostre muntagne, ci vene e ricuccate

Di e nostre paghjelle, pigliat’a piena voce

Ci campemu a passane, e serate inseme

Viutemu a e buttiglie, qui si manghj’a crepapelle

 Suitemu tradizioni, stemu a sente l’anziani

Rispitemu l’anticoni, facciu qui assirzioni

E mai un si po smintica, ancu menu a festighjà

di Paoli a  memoria, u vulemu glorificà

 

 Simu zitelli  d’Aleria, e cantador’di paghjelle

Un n’emu pers’a filetta, cantemu sottu a le stelle

Ci piacenu tradizione, a noi ci empie d’onore

Simu di’ nostru paese, pè ellu avemu passione

 

a  chi cumbatte e difende, nostru cuntegnu pè campa

nimu po vene a spurcà, c’o chi avemu a scampà

e nostre porte so aperte, un c’e bisognu a pichjà

pè quellu chi aduttara,  nustrali vedi di campa

 

 sguai a lu sfurtunatu,  chi vene qui a impunà

un’antru usu di campa, li possu di senz’arritrà

li pregamu di scapulà, o puru di s’acclimatà

e forse bè s’avvezzara, tandu lu possu rispittà

 

Simu zitelli  d’Aleria, e cantador’di paghjelle

Un n’emu pers’a filetta, cantemu sottu a le stelle

Ci piacenu e tradizione, sempre cun discrezione

Simu di’ nostru paese, pè ellu avemu passion

Enfants d’Aleria       

Et de nos montagnes nous reviennent en écho les beautés

De nos chants polyphoniques, chantés à gorges déployées

Nous aimons tant passer ensemble toutes nos soirées

On vide des bouteilles, ici on mange a n’en plus pouvoir.

 Nous suivons les traditions, et écoutons les anciens

Nous respectons les grands ancêtres, c’est une affirmation

Et jamais nous n’oublierons, encore moins à célébrer

De Paoli la mémoire, nous voulons le glorifier.

 Nous sommes les enfants d’Aleria, et chanteurs de paghjelle

Nous n’avons pas perdu notre langue, nous chantons sous les étoiles

Nous aimons les traditions, cela nous remplit d’honneur

Nous sommes de ce pays, pour lui nous avons une passion.

 Tous prêts au combat pour défendre notre manière de vivre

Personne ne viendra salir, ce que nous avons à sauver

Nos portes sont grandes ouvertes, inutile de toquer

Pour celui qui adoptera notre vision de la vie.

 Malheurs à l’infortuné, qui vient ici pour imposer

Une autre manière de vivre, je peux lui dire sans reculer :

Nous le prions de disparaitre,  ou alors de s’acclimater

Et qui sait il peut s’habituer, alors je peux le respecter.

Nous sommes les enfants d’Aleria, et chanteurs de paghjelle

 Nous n’avons pas perdu notre langue, nous chantons sous les étoiles

Nous aimons les traditions, cela nous remplit d’honneur

Nous sommes de ce pays, pour lui nous avons la passion.

Ava Corsica

Copyright © 2014. All Rights Reserved.

EnglishEnglish version here